OTTAWA — L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral (ABGF) de 2016 dévoilée aujourd’hui par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) prévoit un déficit fédéral de 29,2 milliards de dollars en 2016‑2017, compte tenu des mesures du programme libéral. Elle présente aussi un plan directeur démontrant comment le gouvernement pourrait accepter un déficit de 37,9 milliards de dollars tout en maintenant le ratio de la dette-au-PIB du Canada.

L’ABGF, qui en est à sa 21e année, réunit des économistes canadiens de premier plan et des spécialistes sectoriels pour produire un plan économique progressiste détaillé qui prévoit aussi les moyens de le payer. Les mesures proposées dans l’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral sortirait 1,1 million de Canadiens de la pauvreté, réduiraient l’inégalité des revenus, propulseraient la croissance économique et, à leur point culminant, auraient créé 520 000 nouveaux emplois, ce qui ramènera à 6 % le taux de chômage du Canada.

« Il ne faut pas laisser le concept des déficits fédéraux, même relativement importants, nous effrayer et nous empêcher d’effectuer des investissements des plus nécessaires au Canada. Chaque dollar d’un déficit fédéral représente un dollar de surplus pour les provinces, les familles et les entreprises du Canada », affirme David Macdonald, économiste principal. «

L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral illustre comment des dépenses bien structurées font plus que compenser tout endettement supplémentaire en renforçant l’économie. »

L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral hausse la barre de la transparence en illustrant les effets distributionnels qu’ont sur les familles canadiennes les changements proposés aux niveaux de la fiscalité, des transferts et des dépenses de programme − ce qu’aucun budget public, fédéral ou provincial, n’a jamais fait.

L’ABGF met aussi l’accent sur des politiques visant à lutter contre l’inégalité des revenus — et non à l’aggraver. La tranche inférieure de 90 % des familles (qui gagnent moins de 165 000 $ par année) profiterait d’un avantage net découlant des mesures de l’ABGF qui ont trait aux dépenses de programme, à la fiscalité et aux mesures de transfert, tandis que la tranche supérieure de 5 % des personnes salariées verraient leurs impôts augmenter d’environ 2,6 % sur leur revenu moyen.

Les dépenses fédérales totales en pourcentage de l’économie sont les plus faibles depuis la période qui a précédé la Seconde Guerre mondiale. La dernière fois que le gouvernement fédéral était aussi svelte au Canada, il n’y avait pas de système national de soins de santé, pas de régime de pensions, pas de supplément de revenu garanti ni d’assurance-emploi.

« La capacité ou l’imagination du Canada n’affiche aucun déficit, affirme Kate McInturff, chercheuse principale du CCPA. Il y a plus que suffisamment de marge de manœuvre budgétaire pour garantir un meilleur avenir à tous. Ce qu’il nous faut maintenant, c’est une croissance qui hausse le niveau de vie général au lieu de gonfler l’épargne de quelques nantis. »

Le plan de l’ABGF :

– impose une taxe nationale sur le carbone de 30 $ la tonne et un remboursement pour les familles à faible revenu;
favorise une population active très qualifiée en éliminant les frais de scolarité dans les universités;
– s’attaque à la crise du logement, de l’eau potable et de l’éducation qui sévit en permanence dans les Premières Nations;
adopte un plan fédéral détaillé de lutte contre la pauvreté qui réduit celle‑ci de moitié chez les aînés et du quart chez les enfants;
– intègre les soins de longue durée, les soins à domicile et l’assurance-médicaments dans le système de santé financé par le secteur public du Canada;
répare nos villes en affectant 7 milliards de dollars au renouvellement des infrastructures municipales;
– répond aux besoins des familles d’aujourd’hui en investissant dans des services de garde à l’enfance abordables et améliorant le congé parental.

« On reconnaît généralement qu’un déficit important s’impose au Canada. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral prouve que nous pouvons lutter contre les changements climatiques tout en créant des emplois et démontre comment réduire la pauvreté par une croissance économique responsable », déclare M. Macdonald.

–30–
https://www.policyalternatives.ca/newsroom/news-releases/l%E2%80%99alternative-budg%C3%A9taire-pour-le-gouvernement-f%C3%A9d%C3%A9ral-sortirait-11%C2%A0million-de